Ballades touristiques

Saint Bertrand de Comminges.jpg
  1. Le Chateau de Bramevaque               2.5 kms
  2. Mauléon-Barousse                                 5 kms
  3. Le Gouffre de Saoule                              7 kms
  4. Saint Bertrand de Comminges             10 kms    (Grands sites de Midi-Pyrénées)
  5. Saint-Just de Valcabrère                        12 kms
  6. Les Grottes de Gargas                           15 kms
  7. Le Château de Valmirande                   16 kms
  8. Calvaires du Mont Ares                         18 kms
  9. Les Grottes de Labastide                      44 kms
  10. Le Chateau de Mauvezin                      45 kms
  11. Lourdes                                                  89 kms     (Grands sites de Midi-Pyrénées)
  12. Le Pic du Midi                                       94 kms      (Grands sites de Midi-Pyrénées)          
  13. Le Cirque de Gavarnie                         140 kms     (Grands sites de Midi-Pyrénées)
Le château de Bramevaque.jpg

LE CHATEAU DE BRAMEVAQUE


Les ruines du château de Bramevaque dominent la vallée de Mauléon Barousse.
Selon la légende, la comtesse Marguerite de Comminges, dévorait de jeunes enfants. A chaque repas, il lui fallait une nouvelle victime.
Or, un jour, son cuisinier ne trouvant pas d'enfants, il égorgea un veau, que sa mère pleura (en patois "brame vaque" : "la vache qui meugle" ). La comtesse entendit les meuglements de l'animal et s'étonnant de ces lamentations bovines, questionna ses gens, qui lui expliquèrent la douleur qu'éprouvaient les mères du village. Prise de remords, elle décida alors de ne plus jamais manger d'enfants et fit occire le cuisinier.

La réalité est toute autre. Héritière des comtes de Comminges, Marguerite fut mariée une première fois, à douze ans, au comte d'Armagnac. Après l'assassinat du comte par les Parisiens en 1418, elle dut épouser le vicomte de Pardiac, un autre Armagnac. Enfin, ses troisièmes noces l'unirent à l'âge de 56 ans à Mathieu de Foix, 31 ans. (LA COUGAR!!!)

Mathieu de Foix, n'en voulait qu'à l'héritage de Marguerite et il l'enfermera dans ce château pendant vingt-deux ans. Elle dut sa libération au roi de France en 1443 et mourut au bout de quelques mois. Mathieu garda le Comminges en viager; mais à sa mort, en 1453, les Commingeois demandèrent et obtinrent leur rattachement à la couronne de France.

ITINERAIRE :


A pied, à la sortie du gîte, à gauche. A la fourche, à gauche. Arrivée sur petite route, à droite. Dans Bramevaque, l'accès au château est fléché.

20 mn Aller - Temps de visite (le village est fort sympathique) - 20 mn Retour


En voiture, à la sortie du gîte, à droite. Passer devant l'église, puis prochaine à droite. Tout droit, Bramevaque, petite route traversant les prés.

Mauléon Barousse.jpg

MAULEON BAROUSSE


Le nom de Mauléon-Barousse est un nom transféré. Il provient de Mauléon-Soule au Pays basque dans les Pyrénées-Atlantiques depuis que, vers 1120, un Seigneur de Soule a acquis par mariage la seigneurie de Barousse pour moitié.

Bernard Ier de Mauléon, est le fondateur de la famille, et de la ville de Mauléon-Barousse. En effet, il épouse la fille qu'Auger a eu de son second mariage avec l'héritière de la Barousse2. C'est à partir de 1120 que s'établit la distinction entre la baronnie de Mauléon et celle de Bramevaque2.

La tour pentagonale située à côté du château date du XIe siècle. Cependant, selon les sources, elle fut construite par Auger (avec le château ?) aux environs de l'an 11003, ou par son père Sanche Ier en 10704.
Aujourd'hui le château de Mauléon-Barousse est privé et habité et n'est pas un lieu de visite.

Le bourg fut mentionné sous les noms de Mauleon (1184), Maileon (1219), Maloleone (1387, à l'italienne), Maulion (1738), Mauleon (1770 sur la carte de Cassini), Mauléon-Barousse (1806).

Ce nom, du gascon mau lioû qui signifie « mauvais lion », est une production de l'époque féodale, où l'on cherchait plus à susciter la crainte que la sympathie.

Quelques belles architectures de l'époque citée, subsistent encore et en très bon état. Un petit tour dans les quelques ruelles est à faire.

ITINERAIRE :


A pied, depuis le gîte. Lorsque vous aurez fini la visite du chateau de Bramevaque, au lieu de revenir sur vos pas, prendre le sentier par la gauche. Vous suivrez le sentier à flanc de montagne, vous longerez la maison des sources, en contrebas sur votre gauche. Bien plus loin, arrivée sur la route, à gauche.


En voiture, redescendre de Sacoué jusqu'à l'Ourse, en bas de la côte, à droite, puis tout droit jusqu'à Mauléon Barousse. 

Le gouffre de Saoule.jpg

LE GOUFFRE DE SAOULE


De tout temps, la vallée de la Barousse a été sculptée et modelée par l'érosion. L'un des plus beaux exemples est le Gouffre de Saoule dans lequel l'Ourse de Ferrère plonge en cascade. Une arche naturelle creusée dans un énorme bloc calcaire complète cet étonnant travail de l'eau.
L'accès au gouffre de saoule est une promenade facile pour toute la famille.
Le Gouffre de Saoule est accessible par un sentier à quelques centaines de mètres après la sortie de Mauléon Barousse direction Ourde, Ferrère.
Se garer sur la gauche, et entamer la petite rando vers le gouffre.
Pour revenir, on peut emprunter les escaliers fait de rondins de bois, qui vous mènerons à la route. N'oubliez pas de prendre le petit sentier sur votre gauche et d'aller admirer le gouffre, vue d'en haut, depuis un promontoire vertigineux.

ITINERAIRE :


A pied, depuis le gîte. Lorsque vous aurez fini la visite du château de Bramevaque, au lieu de revenir sur vos pas, prendre le sentier par la gauche. Vous suivrez le sentier à flanc de montagne, vous longerez la maison des sources, en contrebas sur votre gauche. Bien plus loin, arrivée sur la route, à droite, et vous tomberez sur le départ de la rando.

Vous pouvez retrouver la visite du Gouffre de Saoule, dans la Rando des 3 villages


En voiture, redescendre de Sacoué jusqu'à l'Ourse, en bas de la côte, à droite, puis tout droit jusqu'à Mauléon Barousse. Sur la place du village à droite direction Ferrère.

Saint Bertrand de Comminges.jpg

SAINT BERTRAND DE COMMINGES


C'est par les ruines de l'antique cité romaine de Lugdunum, la cité des Convènes que débute votre voyage dans le temps.

Temple, forum, théâtre, thermes et marché bourdonnent encore de l'effervescence d'une ville de 30 hectares peuplée par 5 à 10 000 habitants dans la 1ère moitié du IIe siècle après J.C.

Vous entrez dans la cité médiévale de Saint Bertrand de Comminges par l'une de ses trois portes. Les maisons à colombages du XV-XVIe siècles témoignent encore de la grandeur de la cité épiscopale.

L'architecture romano-gothique  de la cathédrale Sainte-Marie de Saint-Bertrand de Comminges (XI-XIIe) est élégante, les vitraux Renaissance, le choeur de stalles sculptées et les orgues du XVIe siècle sont remarquables. Vous apprécierez l'intimité du cloître roman du XIIe.

Etape sur une voie secondaire de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle (voie du piémont), la cathédrale abrite le tombeau de l'évêque Bertrand de l'Isle canonisé au XIIIe siècle.
La cathédrale de Saint-Bertrand, la chapelle Saint-Julien du Plan, la basilique paléochrétienne et la basilique Saint-Just-de-Valcabrère sont inscrites par l'Unesco au Patrimoine Mondial de l'Humanité au titre des “Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle”

Le site antique et la cité médiévale sont aussi à découvrir.

Pour en savoir plus :
http://www.tourisme-stgaudens.com/web/fr/244-decouvrir.php?fiche=2118

ITINERAIRE :
En voiture, quitter Sacoué. En bas de la côte à gauche. Au rond point de Sarp, à gauche. Puis tout droit.

Grands sites de Midi-Pyrénées - Saint Bertrand de comminges

Basilique St Just de Valcabrère.jpg

LA BASILIQUE SAINT-JUST DE VALCABRERE


La basilique Saint-Just de Valcabrère, XIIe siècle, est l'un des plus beaux témoignages de l'art roman pyrénéen.

Sa sobre élégance étonne encore, tout comme les nombreuses pierres de remploi, issues des ruines de la ville antique toute proche, qui ont servi à sa construction.

ITINERAIRE :
A la sortie de Saint Bertrand de Comminges, tout droit.

Les grottes de Gargas.jpg
LES GROTTES DE GARGAS

Nichée au coeur des Hautes-Pyrénées, la grotte préhistorique ornée de Gargas est mondialement célèbre pour ses représentations de mains négatives peintes.

Allez découvrir un patrimoine exceptionnel : le site Web ci-dessous, vous permettra de préparer votre visite, et le centre d'interprétation numérique, situé à proximité de la grotte, complétera votre expérience en vous plongeant dans la préhistoire!

http://www.numerigrottes-pyrenees.fr/p-gargas-mediation_fr.htm

ITINERAIRE :
Après Saint Bertrand de Comminges, à droite Sacoué par Sarp, à gauche Gargas (à 15 kms environ du gîte)
Le Château de Valmirande.jpg

LE CHATEAU DE VALMIRANDE 

La Loire n'est pas la seule à avoir ses châteaux, Montréjeau a aussi le sien...

Château de Valmirande : 1893-1899

Ensemble créé "ex nihilo" à partir de 1892 par le Baron de Lassus (1868-1909), issu d’une famille très ancienne.        De style Néo-renaissance, inspiré par le château de Chambord, le château et ses dépendances ont été édifiés par l'architecte bordelais Louis Garros. La variété est privilégiée pour sa façade, plutôt que la symétrie. A l’intérieur, les pièces sont en filade et le décor a été particulièrement soigné par l’architecte . Le sol est par endroits, recouvert de mosaïques, les murs sont ornés et les boiseries sculptées. Le domaine abrite une chapelle d’inspiration gothique, une conciergerie, à l'entrée du domaine, des dépendances (écuries, sellerie) habitées par un régisseur, un mécanicien, un cocher et un jardinier, ainsi que des communs comprenant notamment une forge, une salle des machines, une sellerie et un château d’eau.

Château prolongé à l'est par une chapelle (1902-1905), vitraux, marbres, sacré cœur de L. Barrias.
Le parc, d'une quarantaine d'hectares (tulipiers de Virginie, hêtres pourpres, cèdres du Liban...), conçu par Eugène Bülher est classé "Jardin remarquable".
Parc (1893,Paysagiste : Bühler). Le château est situé sur un versant. La conception du jardin nécessite d’important travaux de terrassement. Un plan d’eau est creusé dans une zone de sources. Une grotte est aménagée et des vestiges provenant du cloître des Augustins (voir n°16) sont disséminés sur la propriété qui possède également un kiosque rustique.

TARIFS de la visite

2016 - Tarif enfant : 3 €
2016 - Tarif groupe - A partir de 10 personnes : 5 €
2016 - Tarif de base - Adulte Plein tarif : 7 €


CHATEAU DE VALMIRANDE
Route de Tarbes
31210 MONTREJEAU
Tél. +33 (0)5 62 00 79 55
Tél. +33 (0)6 21 05 40 16

Calvaires du Mont Ares.jpg
CALVAIRES DU MONT ARES


De loin on aperçoit sur la colline du Mont Arès au bas de laquelle s'abrite Nestier, des chapelles échelonnées dans un couloir de verdure. Jusqu'en 1984 elles disparaissaient sous les ronces ; c'est une équipe de volontaires et de bénévoles de tous âges qui a entrepris leur dégagement. Ces chapelles font partie d'un ensemble édifié par étapes à partir du milieu du XIXème : 14 Mai 1854, avec l'autorisation du Conseil municipal de Nestier, alors Chef Lieu de Canton et sous l'entière responsabilité de l'Abbé Béjotte, Curé, la construction démarre. 14 Octobre 1863, la contruction d'une plus grande chapelle, à gauche des dernières stations du chemin de croix, sur l'emplacement d'une ancienne Montjoie consacrée à Sainte Barbe. L'ensemble comprenait alros onze stations : - 4 abritaient, 4 scènes de la Passion : agonie au jardin des oliviers, tribunal de Pilate, flagellation, couronnement d'épines. Les personnages en terre cuite ont été moulés et coloriés aux tuileries de St-Laurent. 7 Abritaient le chemin de croix (qui se trouve aujourd'hui à l'église du village). A raison de deux tableaux par chapelle. A peine visible, au bas de la montée, une grotte abritaiet une nativité. Tout cet ensemble a pu être édifié par une main d'oeuvre volontaire et bénévole, hommes et femmes du village. Ce sont les femmes qui ont porté toute l'eau dans les "douros"posées sur leur tête, c'était la corvée de chaque matin. 1880 : Séduits par le site et la présence du Calvaire des moines Olivétains, venant de St Bertrand de Comminges commencèrent un Monastère qu'ils ne purent terminer ayant été chassés en 1883 par les premières lois sur les Congrégations. Cependant, même après leur départ, des messes continuèrent à être célébrées dans la grande chapelle du haut de la colline jusqu'à la première guerre mondiale. A partir de la fin de la guerre, commence aussi une période de dégradations dont nous assumons les conséquences car les déprédations on été plus le fait des hommes que du temps. 18 Juillet 1943 : une grande croix de bois est dressée tout en haut du Mont Arès. 22 Mai 1957, la croix est illumée jusqu'en 1966 (installation non renouvelée avec le changement de voltage). L'Abbé Hauron-Béjottes Louis Achille, fondateur du Calvaire de Nestier est né à Ossun le 27 janvier 1817, ordonné prêtre le 19 Décembre 1840, Curé de Nestier de 1851 à 1881. Il est décédé à Ossun le 20 Mai 1881. En été 1996 : la Chapelle haute a été restaurée entièrement.


ITINERAIRE :
Direction Nestier, après Saint Bertrand de Comminges.

Les grottes de Labastide.jpg

LES GROTTES DE LABASTIDE


Partez sur les traces des chasseurs de l'Âge de Pierre, présents il y a 15 000 ans.
Au coeur d'un vallon naturel préservé où l'eau a travaillé le décor : falaises, grottes… Vous découvrez de manière ludique et interactive la vie des hommes préhistoriques. Vous apprendrez à allumer un feu primitif, à vous éclairer avec une lampe à graisse afin de pénétrer dans une mystérieuse grotte où les images, les sons et les lumières vous aident à mieux comprendre qui étaient ces hommes, leur culture, leurs rites…
Vous partirez ensuite à la chasse en vous initiant au tir à la sagaie préhistorique et finirez par l'atelier de peinture pariétale très sympa pour les enfants.
Parcours acrobatique « préhistorique » pour les enfants.

Pour plus d'infos :

http://www.tourisme-hautes-pyrenees.com/web/FR/1690-les-grottes-de-labastide.php

Le château de Mauvezin.jpg

LE CHATEAU DE MAUVEZIN


Le château d'architecture militaire du Moyen-Âge doit son essor à Gaston Febus, Vicomte souverain de Béarn et Comte de Foix. Il s'efforça en effet, par tous les moyens, de récupérer le château de Mauvezin et la Bigorre dont sa famille avait été injustement spoliée en 1292. Il obtint Mauvezin en 1379, maillon indispensable à sa grande Principauté Pyrénéenne. Le château fut d'une importance stratégique capitale entre Bigorre et Comminges. Gaston Febus le transforma en forteresse inexpugnable : il fit construire un énorme donjon-porte de 37 mètres de haut et surélever les remparts puis couronna les murailles de la forteresse de mâchicoulis. Ainsi il put contrôler la Bigorre, la majeure partie du Comminges et du Toulousain, la Soule et la région de Bayonne. Fébus mourut en 1391.

Cette forteresse, dépouillée lentement de ses pierres surtout pendant la révolution, fut restaurée au début du XXè siècle par Albin Bibal et une association "L'Escòla Gaston Fébus", afin de le rendre visitable, le sauvant ainsi d'une mort certaine. Cela permit de croire à un renouveau du château et de la langue occitane, parlée par toute la population de Gascogne et d'Occitanie.
L'association actuelle en est propriétaire et a pour vocation de promouvoir la langue et la littérature occitane ainsi que la patrimoine de la Gascogne. "L'Escòla" a accompli un travail d'édition considérable d'auteurs occitans anciens et modernes et depuis une dizaine d'années, investit ses moyens modestes dans la restauration de ce château et sa réhabilitation grâce au concours de nombreux bénévoles. L'état a pris en considération la valeur de son travail en la reconnaissant d'utilité publique.

Le château comprend 6 salles aménagées, avec une collection d'armes et des machines de guerre.
Les visites d'environ 1 heure, individuellement ou en groupe, permettent de mieux comprendre la vie du château avec un film sur son histoire.
Des animations sont programmées, en particulier en période estivale, ainsi que des journées à thèmes pour les scolaires.

10 rue du château
65130 Mauvezin
Tél. : 05 62 39 10 27
chateau.mauvezin65@wanadoo.fr

Plus d'infos :http://www.chateaudemauvezin.com/

Lourdes.jpg

LOURDES

Centre de pèlerinage catholique depuis 1858, elle accueille chaque année 6 millions de pèlerins ou visiteurs venus du monde entier selon le secrétariat général des sanctuaires[1], dont environ 60 000 malades et invalides.
C'est le troisième lieu de pèlerinage catholique en termes de fréquentation après le Vatican et la basilique Notre-Dame de Guadalupe de Mexico.

Pour en savoir plus :
www.lourdes.fr/

Grands sites de Midi-Pyrénées - Lourdes

Le Pic de Midi de Bigorre

LE PIC DU MIDI DE BIGORRE

Le pic du Midi de Bigorre (en occitan gascon pic de Mieidia de Bigòrra) est situé dans les Hautes-Pyrénées, et atteint une altitude de 2 877 mètres. Il est connu entre autres pour la présence d'un observatoire astronomique et d'un relais de télévision.


Pour en savoir plus :www.picdumidi.com/

Grands Sites de Midi-Pyrénées - Le Pic du Midi de Bigorre

Le Cirque de Gavarnie.jpg

LE CIRQUE DE GAVARNIE

Le cirque de Gavarnie (en gascon area de Gavarnia) est un cirque naturel de type glaciaire situé dans le massif montagneux des Pyrénées  sur la commune française de Gavarnie  (Hautes-Pyrénées) en Midi-Pyrénées.

Il fait partie du Parc national des Pyrénées et a été classé en 1997 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco (dans l'ensemble Pyrénées-Mont Perdu).
www.gavarnie.com

Grands sites de Midi-Pyrénées - Le Cirque de Gavarnie